Quels sont les différents degrés de perte auditive ?

0

Les problèmes de la perte auditive touchent environ un milliard de personnes à travers le monde. Selon le niveau de cette baisse de l’audition, les patients peuvent avoir des difficultés à interagir avec leur environnement direct. Si la grande majorité des patients est constituée d’adultes, les enfants peuvent également en souffrir. Dans leur cas, la perte auditive va entraîner des problèmes de locution. Voici un tour d’horizon sur le sujet.

Les degrés de la perte auditive : quels sont-ils ?

Une perte auditive est une difficulté de la perception des sons. Toutefois, le degré de cette baisse auditive varie. Elle peut être légère, moyenne, sévère ou profonde.

A voir aussi : Bien gérer la trésorerie d'une entreprise

La perte légère

Une perte auditive légère se caractérise par la difficulté à percevoir les sons de la voix pendant une discussion lorsque vous êtes dans un milieu bruyant. Cette difficulté sera la même si l’interlocuteur parle faiblement. La perte auditive dans ce cas est estimée entre 20 et 40 décibels (dB).

La perte auditive moyenne

Ce degré de perte d’audition est plus important que le cas précédent. Le seuil de décibels est compris entre 40 et 70. Les patients dont la surdité est évaluée à ce niveau auront tendance à augmenter le volume des appareils comme la télévision ou la radio pour mieux les entendre. Dans leur quotidien, les discussions sont loin d’être plaisantes, car ils ont du mal à suivre.

A lire également : Comment trouver un plombier chauffagiste pro à Villeurbanne ?

La perte sévère

La perte sévère caractérise les patients qui ne peuvent entendre que les sons forts. Autrement, ils ont besoin d’un appareil auditif pour bien entendre. Comme dans le cas précédent, mener une discussion reste difficile. Ici, la perte auditive est comprise entre 70 et 90 dB.

La perte profonde

Ce degré de perte auditive regroupe les patients qui ne perçoivent plus le son de la parole. Toutefois, ils peuvent entendre des sons extrêmement forts. Si vous êtes de cette catégorie, vous aurez impérativement besoin d’appareils auditifs. La perte auditive est estimée à plus de 90 dB.

La surdité totale

La surdité totale est le dernier degré de la perte d’audition. Comme vous pouvez vous en douter, le patient ne perçoit aucun son. La perte dans ce cas est estimée à 120 dB.

Quelles peuvent être les causes du handicap ?

Les causes de la perte auditive sont diverses. Vous avez dans un premier temps les causes médicales. Ici, la perte auditive peut être causée par une infection. Il peut s’agir par exemple de la rougeole ou des oreillons. Ces maladies peuvent atteindre des nerfs de votre oreille interne, ce qui enclenchera une perte progressive de l’audition.

De même, certains médicaments dits ototoxiques peuvent être à la base de ce handicap. Dès lors, il vous faut vous renseigner sur vos prédispositions afin d’éviter au besoin ces comprimés.

Les causes traumatiques sont également indexées dans un processus de perte auditive. Il s’agit ici généralement d’une exposition à des sources de bruits au-delà de l’intensité que peut supporter votre oreille. Ce sont malheureusement des traumatismes irréversibles, car vos cellules ciliées sont touchées.

Pour finir, le handicap peut avoir des causes naturelles. On pense alors directement à la vieillesse. En effet, on peut perdre naturellement l’ouïe en prenant de l’âge. Cela touche généralement les seniors âgés d’au moins 50 ans. Le handicap prendra dans ce cas le nom de presbyacousie.

Quels traitements envisager ?

perte auditive

Le traitement de la perte auditive commence déjà par le dépistage de celle-ci. Plus vite, on l’identifie, moins elle s’aggravera. Un dépistage vous permettra de connaître par exemple le degré de la perte d’audition et donc le traitement adapté.

Indépendamment du degré de la perte d’audition, les appareils auditifs représentent sans doute le meilleur traitement. Ils sont relativement plus accessibles en termes de coût. Il existe de nombreux modèles pouvant correspondre au niveau de la baisse d’audition de chaque patient.

Néanmoins, il ne s’agit pas des seuls moyens que vous pourriez envisager. Il est donc possible de vous tourner vers les implants cochléaires. Bien qu’ils ne vous guérissent pas de la surdité, ils conviennent aux personnes atteintes de perte auditive sévère et profonde.

Toutefois, ce sont des traitements de dernier recours. Le patient ne s’y tournera que quand les appareils auditifs ne lui seront d’aucune utilité. Et pour cause, la mise en place des implants cochléaires demande une lourde chirurgie, ce qui explique leurs tarifs onéreux (plus de 40 000 euros pour les deux oreilles).