Déroulement d’un vol en montgolfière

0

Il vous arrive parfois de rêver de s’envoler, de surfer sur les courants d’air tel un oiseau ou un avion. Ce rêve peut se réaliser grâce à un voyage en montgolfière. De début jusqu’à l’atterrissage, voici comment se déroule ce vol.

Avant le rendez-vous

Pour faire un vol en montgolfière, les conditions météorologiques sont d’abord vérifiées par les pilotes. Il ne doit donc pas avoir de précipitations le jour choisi, le temps doit être clair et ensoleillé. De plus, le vent doit être à une vitesse de 20 km/h et doit être régulier. C’est la raison pour laquelle lorsque vous choisissez la date du vol, la confirmation est donnée 24 heures au minimum avant le jour j. Vous devez également donner votre poids aux pilotes afin qu’il fasse des calculs de masse pour réussir le décollage. Tout le monde peut faire un vol en montgolfière à l’exception des femmes enceintes.

A voir aussi : Comment contester des frais bancaires ?

Cependant, si vous avez des maladies ou des handicaps, prévenez à l’avance l’entreprise qui se charge du vol afin qu’elle puisse prendre les dispositions nécessaires. Pour ceux qui souffrent de vertige, rassurez-vous, le ballon de la montgolfière n’aura aucun contact avec le sol une fois dans les airs. Par ailleurs, il est recommandé de s’habiller de façon décontractée et d’éviter de porter des talons. La température du sol étant la même que celle en l’air, vous pouvez porter des vêtements de saison.

À l’heure du rendez-vous

Lorsqu’elle vole, la montgolfière prend son temps. Mais pour son départ, elle ne supporte pas le retard à cause du soleil. En effet, la montgolfière a besoin d’une atmosphère calme pour voler. Aussi, il ne doit pas avoir de vent ni de thermique. Les seuls moments qui remplissent ces conditions sont l’aurore où le soleil ne s’est pas encore levé ainsi qu’une heure avant qu’il ne se couche. C’est pour cela que vous devez respecter l’heure de rendez-vous donné par les pilotes. Sinon, ce serait triste de rater la rencontre avec le soleil au lever du jour et le magnifique paysage en fin de journée.

Lire également : Daniel Lissing : que devient l'acteur australien ?

L’installation sur le site de décollage

Une fois sur le terrain et à l’heure, vous allez vivre une expérience digne d’un art en participant à l’installation du matériel. Lorsque vous allez ouvrir le sac où se cache l’enveloppe, vous serez impressionné par sa taille et sa grandeur une fois étalée sur l’herbe. Vous pouvez être également désigné par le pilote pour le gonflage de ces milliers de m2 de tissus colorés pendant que les autres observent. Si vous êtes du côté des spectateurs, n’hésitez pas à sortir les appareils photo pour immortaliser ce moment.

Le pilote passe ainsi au gonflage de l’enveloppe grâce aux bruleurs. Quelques instants plus tard, le ballon est gonflé d’air chaud, ce qui le pousse à se redresser. Ensuite, la nacelle est prête pour accueillir les passagers. Cette partie est un peu sportive, car il faut enjamber la nacelle toute en glissant pieds dans les espaces vides. Passez vos jambes l’une après l’autre pour vous mettre dans le panier en osier. Juste après l’installation, l’enveloppe se lève majestueusement vers le ciel pendant que le pilote ne cesse de la chauffer et c’est parti pour un tour en montgolfière.

Dans les airs

Monter en altitude se déroule très vite. Ne ratez donc aucun moment, en observant le paysage qui est sans doute différent. Le pilote quant à lui doit vérifier à chaque instant son GPS et déceler le moindre courant d’air afin de choisir la meilleure trajectoire du voyage. Si vous semblez dépaysé, le pilote peut vous aider à retrouver vos repères. C’est avec un regard neuf que vous allez vivre cette belle aventure. Le ballon peut parcourir environ 15 km, ce qui équivaut à une heure de vol en moyenne. Cette durée peut être plus ou moins grande en fonction du vent.

Le retour sur la terre

Le pilote vous fera signe au moment de l’atterrissage. Vous devez donc ranger vos appareils et vous mettre en position de sécurité. Chaque vol est différent et en fonction du vent, l’atterrissage peut se faire en douceur ou soit avec un peu de rebondissements. Vous pouvez également atterrir en étant couché sur le dos ou non. Une fois au sol, le pilote vous aidera à sortir de la nacelle. Ainsi s’achève le voyage.