Critères de choix d’un panneau d’interdiction

0

Au quotidien, nous sommes confrontés à une multitude de panneaux de circulation, que l’on retrouve dans divers lieux différents : écoles, restaurants, voies routières, lieux de divertissement… Professionnels, voici comment choisir un panneau d’interdiction.

Tour d’horizon sur les panneaux d’interdiction

Les panneaux d’interdiction sont nombreux et ont vocation d’interdire un acte à un usager de la route. Cette interdiction peut concerner plusieurs domaines :

A lire aussi : Le marché du CBD en France et en Europe : ventes de cannabis CBD et dérivés

  • interdiction de stationner ;
  • interdiction de courir (pour la sécurité) ;
  • interdiction d’uriner (respect des règles d’hygiène) ;
  • interdiction de déjection canine (propreté) ;

Panneaux d’interdiction : les différentes matières

Les panneaux d’interdiction et de signalisation en général, se déclinent sous 3 matières, comme on retrouve dans le catalogue de Seton.fr. Ces dernières se distinguent par leur coût de fabrication, leur épaisseur et leur durabilité.

L’aluminium

Un panneau en aluminium est d’une épaisseur de 2 mm. Cette propriété lui permet d’être facile à percer, lors d’un fixage au mur ou à un poteau. Pour cela, il suffit de chevilles ou de vis. Pour sa robustesse fortement intéressante, ce type de panneau est conseillé pour un usage extérieur. D’ailleurs, il se fixe facilement sur une surface non adhérente.

A lire aussi : Peut-on se fier au Robot Trading automatique crypto ?

Pour un panneau de forme arrondie, il est possible d’opter pour de l’aluminium galvanisé de classe 1. Sa différence avec un panneau en aluminium classique réside dans sa propriété autoréfléchissante. En effet, grâce à son revêtement en microbille, le panneau capte la lumière des phares des voitures et est visible de jour comme de nuit.

Bon à savoir

La législation en vigueur prévoit deux classes de rétroréflexion. La classe 1 se distingue pour une durée de vie de panneaux de 7 ans, tandis que la classe 2 en prévoit 10 ans. C’est ainsi que selon l’Arrêté relatif à la signalisation des routes et autoroute du 24 novembre 1967, tous les panneaux de signalisation sur la circulation doivent appartenir au moins à la classe 1 de rétroréflexion.

Le plastique PVC

Rien de tel que le panneau en PVC pour une fixation sur une surface non adhérente. Le panneau se fixe aisément sur le mur via des chevilles et des vis. Le panneau en plastique PVC est fortement conseillé pour une utilisation dans les industries chimiques. En effet, il est doté d’une forte résistance aux solvants et produits chimiques.

L’adhésif souple

Le panneau adhésif souple est un autocollant, adapté aux surfaces lisses. Économique avec un coût de fabrication relativement faible, il suffit d’un transfert thermique pour en imprimer. C’est alors qu’il se présente comme étant le panneau le plus abordable sur le marché. En outre, ce type de panneau assure une résistance aux intempéries, aux rayures ainsi qu’à l’abrasion. Cela lui assure un usage interne qu’externe.

Quid sur les autocollants dissuasifs

Les autocollants dissuasifs ne sont pas considérés comme des panneaux d’interdiction. Par contre, ils sont d’une grande aide pour répondre aux conducteurs de mauvaise foi qui se garent dans des endroits réservés : devant une sortie pour pompier, sur des places de parking pour handicapés ou en stationnement gênant. Il suffit de placer l’autocollant sur une des vitres pour marquer la voiture. Comme il est extrêmement difficile à enlever, il permet au conducteur de prendre conscience de la gêne causée par son acte. Attention, il ne faut pas coller l’autocollant sur le pare-brise de la voiture. Le conducteur risque soit de faire un accident, soit de rester sur le stationnement gênant pour un bon moment.

Panneau de signalisation : choisir la fixation

Outre les panneaux en adhésif souple, il existe deux types de fixation pour un panneau d’interdiction :

La fixation murale

La fixation murale est la méthode de fixation la plus utilisée. Pour ce faire, il est possible de choisir entre la fixation par visserie ou adhésive. Pour la première, le marché propose déjà des kits tout-en-un contenant des vis, des écrous et des brides. Une fois le panneau placé, il suffit d’installer des cache-vis afin d’obtenir un rendu plus esthétique.

La fixation sur poteau

Ce type de fixation est réservé uniquement aux panneaux installés sur le bord de la route. Pour son installation, il faut s’équiper de brides, de boulons et d’écrous. Ces poteaux peuvent même accueillir deux panneaux, à placer dos à dos. Il faudra alors un kit de fixation double face. Ceci contient 8 écrous, des brides et 8 boulons.