Quel abonnement en gaz choisir ?

0

Le gaz est devenu une ressource indispensable dans nos habitations depuis des dizaines d’années. Surtout dans les régions très développées ou l’utilisation du charbon ou du bois de chauffe devient quasi impossible. En effet, le gaz sert non seulement à préparer, mais aussi à réchauffer les domiciles. Pour avoir un abonnement de gaz, il faut bel et bien souscrire à un contrat de gaz. C’est un document essentiel qui conditionne la manière dont le gaz est disponible chez vous.

Comment choisir son contrat de gaz ?

Le contrat de gaz est un document signé qui lie un consommateur et un fournisseur d’énergie pour bénéficier de la fourniture de gaz. C’est un contrat obligatoire pour deux types de gaz : le gaz naturel ou le gaz de ville et le gaz propane.

A découvrir également : Comment regarder un programme tv sur ordinateur ?

En France, il existe un grand nombre de fournisseurs sur le marché. Au nombre de ces derniers, on énumère Total Energie, Vattenfall, ENI, ENGIE, EDF, etc. Auprès de ces structures, le montant de l’abonnement peut varier d’un client à un autre.

Il dépend généralement du prix du kWh du gaz et la classe tarifaire pour le contrat choisie, la zone tarifaire dans laquelle est situé le logement concerné par le contrat et le volume de l’énergie. Bien entendue, le prix de l’abonnement du gaz varie d’un fournisseur à un autre. Aussi certains services proposés par le fournisseur et qui sont inclus dans votre contrat peuvent être facturés et revalorise le montant de vos factures de gaz.

A lire aussi : A la découverte de la photorésistance

Quels sont les types de contrat de gaz ?

Les fournisseurs de gaz disposent dans leur catalogue différents types d’offre. Primo, on distingue le contrat de gaz au tarif réglementé de vente (TRV) de gaz. Dans ce contrat, les prix sont fixés par les pouvoirs publics. Mais ce tarif est appliqué uniquement par le fournisseur de gaz historique en France (ENGIE). Toutefois, certains fournisseurs proposent aussi des offres de gaz au TRV bien qu’ils ne soient pas obligés de le faire. Cependant, ces contrats seront abandonnés dès le 30 juin 2023.

Secondo, on distingue les contrats de marché. Ce sont les offres proposées par les fournisseurs alternatifs de gaz n’ayant pas le pouvoir de les commercialiser au contrat TRV. Dans ces contrats, le tarif est librement choisi par le fournisseur. Tertio, les contrats indexés sur le tarif réglementé de vente. Il s’agit des contrats dont les tarifs suivent l’évolution des TRV. Ils sont moins chers. Encore une mauvaise nouvelle. Ces offres ne seront plus disponibles après la suppression des tarifs réglementés de vente de gaz.

Enfin, il existe les contrats à prix fixe. C’est un contrat qui impose un blocus sur les tarifs de kWh et de l’abonnement pendant une période définie par le contrat. Cette période peut durer entre 1 et 5 ans. En cas de chute des prix du gaz, certains fournisseurs proposent la révision des tarifs. Dans le contrat de gaz, il faut forcément choisir une classe de consommation.

Quelle sont les classes de consommation de gaz possible dans un contrat ?

La classe de consommation est un facteur qui influence principalement le coût de votre contrat de gaz. Pour choisir la classe de consommation, vous devez définir trois points indispensables. D’abord, les besoins pour lesquels la fourniture du gaz est destinée (cuisson, chauffage, eau chaude, etc.). Ensuite la superficie de votre logement. Par rapport à ce point, retenez que plus votre logement est grand en termes de superficie, plus il exigera un volume important de gaz.

Enfin, vos habitudes de consommation. Elles sont aussi utiles pour estimer le volume de gaz dont vous avez besoin. En fonction de ce qui précède, il existe 4 classes de consommation. Premièrement, la classe Base (petit consommateur, de 0 à 1 000 kWh/an). C’est un profil gaz pour la cuisson. Deuxièmement la classe B0 (petit consommateur, de 1 001 à 6 000 kWh/an). C’est un profil cuisson et eau chaude sanitaire.

Troisième la classe B1 (gros consommateur, de 6 001 à 30 000 kWh/an). Ce profil est idéal pour la cuisson, l’eau chaude sanitaire et le chauffage. Enfin la classe B2 (gros consommateur, de 30 001 à 300 000 kWh/an). C’est un profil semblable à la classe précédente. Mais spécialement destiné à des besoins très élevés.