Accueil Web/Tech Streaming Game of Thrones Saison 5 sera la série la plus regardée

Streaming Game of Thrones Saison 5 sera la série la plus regardée

Il y a 41 épisodes mourant Eddard Stark « King of Winterfell ». C’est là que ça a vraiment commencé. Les opportunistes de la culture pop, qui sont la plupart d’entre nous, ont découvert ce que le vrai geek d’avant-garde avait déjà connu depuis 1996. George R.R. Martin tue sans scrupules des personnages nobles et courageux prêts à se sacrifier pour ramener le bien à leur environnement naturel. S’il n’y avait rien d’autre que lui, Frodon Sacquet, Luke Skywalker, Bruce Wayne ou Pocahontas ne seraient que de vagues souvenirs en forme de cadavres.

En partenariat avec l’audacieux HBO, l’auteur a réussi à contester de nombreuses lois de l’industrie narrative et télévisuelle traditionnelles. Dans Game Of Thrones, les acteurs bancables sont licenciés non pas parce qu’ils sont relancés sur un plateau mais parce que leur caractère est important et leur mort bouleverse le récit conventionnel.

Lire également : Convertisseur Youtube MP3 gratuit, rapide et illimité

Après 5 saisons de chocs et de traumatismes sur des millions de canapés à travers le monde, des problèmes symptomatiques d’essoufflement commencent à se poser. Le rythme devient trop lent ? L’adaptation du livre série est-elle vraiment l’option la plus pertinente ? Il n’y a pas trop d’intrigues ? Est-ce qu’ils vont trop loin dans l’abus de caractères ? Faisons le point rapidement, sans rétrospective quelques jours après la diffusion du 50e épisode « Mother’s Mercy ». Ne pas aller plus loin si vous n’êtes pas à jour : Oui gâter.

A découvrir également : Faut-il passer par une agence digitale ?

« Honte ! Honte ! Honte !

 »

Depuis l’ère des « médias sociaux », le spectateur a plus à dire sur le divertissement qu’il consomme. Plein de spontanéité, il utilise les 140 personnages sans trop de dose d’amour ou de haine. Si nous prenions le temps de faire des statistiques, c’est certainement l’animosité qui prévaudrait pour cette cinquième saison de Game Of Thrones et plus particulièrement pour son dernier épisode. Après la mort de la charismatique bellatra Jon Snow, nous comptons sur la pelle de promesses de feu de ne jamais regarder un épisode de la série à nouveau. Serments qui seront aussi vite oubliés que le vœu de chasteté de Sam lorsque les premiers épisodes de la saison 6 seront divulguées dans quelques mois.

La foudre viendrait plutôt de ceux qui essaient de penser à l’évolution de la série. Journalistes, blogueurs ou statuts Facebook un peu développés, à la moindre brèche beaucoup sont engloutis dans un « GOT bashing ». La brèche en question cette saison est George R.R. Martin lui-même. Contrairement aux quatre saisons précédentes, l’auteur des livres A Song of ice and fire n’était pas co-scénariste aux côtés de D&D (David Benioff et David B. Weiss), les célèbres showrunners. Victime de son succès, la série est dans une situation difficile. Avec cinq livres écrits par G. Martin depuis 1996, les cinq saisons télévisées ont déjà épuisé leur capital d’adaptation. L’auteur n’a plus le temps de s’attarmer sur l’écriture des scripts alors qu’il doit sortir le prochain travail qui servira de matière première pour la saison 6. L’écrivain et les showrunners restent en très bons termes malgré cette « séparation ». Une relation qui mène à de nouvelles et étranges faits : ce sont les lecteurs des livres qui sont gâtés par la série. Le bûcher traumatique, érigé par Stannis dans l’épisode 9 où sa propre fille devient un allume-feu, est un élément communiqué par l’auteur directement aux écrivains que les fans ont découvert à la télévision avant de le lire sur papier.

Ce qui manque, c’est le temps et G. Martin a été contraint d’annuler de nombreuses conférences prévues dans les prochains mois pour compléter son œuvre littéraire selon les calendriers de HBO. Une touche de gênant est même ressentie quand il s’adresse directement aux fans sur son blog pour leur demander de cesser de l’apostracer sur les progrès de la série télévisée. Cette atmosphère presque stressante révèle une forme de faiblesse, synonyme pour certains d’une perte de qualité et même d’une alléchante.

« Pour la montre »

Toutes les lacunes de la saison sont alors justifiées par ce changement dans l’organisation de l’écriture. « L’adaptation à la télévision de Game of Thrones était de dérailler. Cela a été inscrit dans son ADN parce que l’œuvre est toujours en cours d’écriture et que la série n’avait pas d’autre choix que de progresser sur une marche forcée. » a montré que les écrivains n’avaient pas respecté l’esprit de la série, qu’ils ont porté sans lien de dépendance depuis 2011. Tom Fontana, ancien showrunner d’Oz qui a fait la gloire de HBO dans ses débuts, rappelle (pour So Film) la chose principale : « Vous savez ce que HBO a inventé comme révolutionnaire ? Donnez tous les pouvoirs à l’écrivain, à l’auteur. Leur discours était : « Ce n’est ni l’acteur ni le réalisateur, et certainement pas la chaîne de télévision, qui décident. Le contrôle total est pour l’auteur. ‘Pour eux, si vous savez raconter une histoire, vous êtes le patron. » Comment pensez-vous que dans 10 épisodes, le diffuseur a nié son credo original, revendiqué fièrement depuis plus de vingt ans ?

Cependant, des faiblesses sont présentes dans les épisodes 41 à 50. Game of Thrones a changé. La fluidité entre les événements qui relient la saison est moins clair. On passait d’un mariage promis entre Sansa et Joffrey à la mort de Tywin Lannister sans même s’en rendre compte grâce à l’arrivée de Margaery, à l’empoisonnement du jeune roi, au procès de Tyron et à son désir de vengeance. Un classeur invisible mais passionnant retenait le spectateur sans le temps de réfléchir à ce qu’il voyait. Pour la saison 5, même si Cersei les donne au début du pouvoir, il est difficile de trouver une logique au fanatisme soudain et féroce de la secte Sparrow. Les chemins des personnages se sont éloignés les uns des autres. Le tissu qui reliait les nombreuses histoires devient de moins en moins dense. Pour l’instant, ce qui se passe à Meereen n’a aucun effet sur ce qui se passe à King’s Landing, ce qui se passe à King’s Landing n’a aucun effet sur ce qui se passe à Winterfell, ce qui se passe à Winterfell n’a aucun effet sur ce qui se passe à CastleBlack… et qu’en est-il de l’isolement d’Arya Starck à Bravos ? Les neuf premiers épisodes de cette cinquième saison ont donc été plus l’ennui et la frustration que d’habitude. Peu de progrès jusqu’à des résolutions soudaines et simultanées dans le dernier acte de la saison.

La mort de Jon Snow reste le fait le plus frappant de l’épisode mouvementé. L’avenir du personnage trahira la direction prise par tous ceux qui font la série. Kit Harrington, jouant du bâtard de Ned Starck, transmet un attrait sexuel qui donne au spectacle la fanbase de jeunes femmes âgées de 15 à 35 ans. Le vainqueur du bras de lutte entre le pouvoir des scénaristes et le pouvoir commercial de millions de groupies qui aimeraient voir ressusciter le Lord Commander sera sans aucun doute un symbole fort pour l’avenir.

Avant de nier complètement les mêmes personnes qui nous ont fait vibrer pendant 40 heures, attendez les 10 prochains pour juger les 10 derniers. Qui peut se vanter à la vue de la Miséricorde de Mère de toute façon ne pas vouloir savoir ce qui va arriver à Westeros ? L’erreur serait de sous-estimer les écrivains et les écrivains qui nous ont toujours tellement surpris. Malgré ses défauts, la saison 5 reste en parfaite harmonie avec l’état d’esprit général de cette course au Trône de Fer. Dans la saison 1, on nous a parlé de l’inévitabilité d’un hiver menaçant. Au cours des 4 premières saisons, nous nous sommes demandé si cette épée de Damoclès n’était pas une coquetterie pour nous appâter car le froid semblait encore lointain. Ils ont préféré nous montrer les familles qui se battent pour le pouvoir en se détruisant mutuellement. Quand beaucoup voient la saison 5 comme un échec, nous pouvons plutôt détecter un tournant. Discrètement mais clairement, on nous donne la concrétisation du vrai problème du monde créé par George R.R. Martin : la tension entre la menace extérieure d’un hiver destructeur et l’affaiblissement croissant des forces impliquées qui auraient permis aux hommes de survivre. À la fin de la saison avec la rencontre du chef des « White Walkers », la menace de l’hiver n’a jamais été aussi pressante. Pourtant, avec la mort de Jon Snow, Stannis, la capture probable de Daenerys, la évasion de Sansa et l’humiliation de Cersei, tous les dirigeants potentiels sont neutralisés. Ce n’est pas l’essoufflement de la série que nous devons craindre, mais ce qu’il réserve pour nous.

ARTICLES LIÉS